Les lumières de la ville

2007-01-18 - Le Temps
Lu 272 fois

L'être humain est par nature, plus ou moins attiré par tout ce qui brille.
Du feu qu'il alluma à l'ère pré-historique pour s'échauffer, du soleil dont il a fait un Dieu, des matières précieuses et de la lumière artificielle qu'il créa.

Il existe des personnes qui aiment seulement contempler tout ce qui brille, mais préfèrent rester à l'ombre, un peu à l'écart.
D'autres préfèrent être en contact avec cela et d'autres encore préfèrent être au centre de ce qui brille, elles veulent être aussi captivantes et brillantes que la lumière qu'elles aiment tant.

Quelques-uns aiment les bijoux, l'argent, bref, tout ce dont la valeur est matérielle.

D'autres aiment les gens qui brillent par leur charisme, par leur présence, par leur façon de s'habiller, de bouger, de parler.
Ils en sont fascinés et c'est en leur compagnie qu'ils adorent s'afficher.
Des personnes sont attirées par le monde des médias, de l'art, des stars, de la jet set.
Elles veulent s'y introduire ou se contentent de lire tout ce qui touche à leur vie privée, bonheur ou déceptions.
Elles se contentent de s'identifier à elles ou de les imiter.
Quelques-unes veulent coûte que coûte faire partie de leur cercle fermé et il y en a celles qui y réussissent.

Certaines personnes aiment le monde du pouvoir et de la politique.
Les discours, les plans de campagne, les moyens de convictions sont pour elles un monde captivant.
D'autres personnes trouvent dans le milieu des affaires, les meetings, la concurrence quelque chose d'excitant et de lumineux...
Jusqu'où peut aller cette attirance envers tout ce qui brille ? Des personnes se ruinent à vouloir s'acquérir des bijoux ou de belles voitures et des demeures splendides, d'autres négligent leur propre existence en ne s'occupant qu'à dénicher les potins sur celle des stars.
D'autres se corrompent à vouloir être le « leader » et d'autres encore oublient qu'elles ont une famille et des enfants.
Certaines personnes s'unissent avec une autre personne pour l'image brillante qu'elle reflète.

C'est normal qu'une lumière quelle que soit sa nature éblouit et séduit.
Seulement, ne peut-on pas s'aveugler en s'entêtant à regarder en face un soleil ardent alors que juste à côté une bougie se consomme tendrement ? Ne risque-t-on pas de se brûler les ailes quand on troque une étincelle qui ne fait que briller contre une lumière aveuglante ? Comment peut-on connaître les limites de ce qui pourrait nous donner de la chaleur et ce qui pourrait nous brûler ? Et pourquoi, même en connaissant les limites s'entête-on à suivre une lumière dans laquelle on y perd la vue.
Hajer AJROUDI



Janvier 2007
LMMJVSD
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
<< >>