Vol au domicile conjugal ?

2007-01-20 - Le Temps
Lu 273 fois

Tunis, le Temps : Un mari en instance de divorce accusa son épouse de vol au domicile conjugal.
Celle-ci comparut devant la Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Grombalia, pour se défendre, de l'accusation de vol dont elle fut inculpée.
Elle expliqua au tribunal de céans, qu'elle était allée au domicile conjugal en vue de récupérer les affaires lui revenant après obtention d'un jugement en bonne et due forme lui en donnant l'autorisation.
En plus, expliqua-t-elle, cela s'est passé en présence d'un officier public en l'occurrence l'huissier chargé de veiller à l'exécution dudit jugement, ainsi que le commissaire de police et le mari lui-même.
Comment celui-ci avait-il pu prétendre au vol par la suite, alors que les choses se sont passées de la manière la plus légale ? s'est demandé son avocat estomaqué.
Il ajouta que l'accusation de vol dont est impliquée sa cliente ne se justifie en rien, cette infraction étant une soustraction frauduleuse des biens d'autrui.
Or, en l'occurrence, il n'y a aucune soustraction frauduleuse, puisque la levée des affaires eut lieu en présence de plusieurs personnes, dont le plaignant.
En outre, les affaires en question ne sont pas les biens de celui-ci mais appartenant à l'épouse.
Aucun élément tangible ne peut donc justifier cette accusation, poursuivit l'avocat, s'avérant non fondée.
Il demanda sur cette base l'acquittement de sa cliente pour défaut de preuve.
Le tribunal appréciera.



Janvier 2007
LMMJVSD
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
<< >>