Poulet pasteurisé

2007-01-24 - Le Temps
Lu 460 fois

Et revoilà le poulet grippé qui sort ses mouchoirs en Asie et en Egypte.
Deux endroits où il se fait bouffer par les masses.
Alors, il faut imaginer des " chiche - Taouk " sans " Taouk " ou alors il faut le cuire à plus de 70 degrés.

Faut surtout pas faire des économies de gaz et avoir des poulets croustillants dehors, saignant à l'intérieur.
Et puis la viande blanche garde la même couleur à la cuisson.
Avez-vous déjà croisé une escalope de bœuf garder son rose congelé après une heure de cuisson sur du charbon ardent ? Donc il faut que le blanc rougisse sur le feu.
Chez nous, les producteurs de volailles, ont bien senti le coup revenir.
Jamais le poulet n'a été aussi cher que ces derniers temps.
Et puis, cette grippe, il faut s'y habituer.
Tout comme on s'est habitués aux champignons aux huîtres et au foie gras.
Du moment qu'on ne vive pas avec des drôles de poulettes chez soi, tout va bien.
Et comme disait de Funès, l'aile ou la cuisse ?



Janvier 2007
LMMJVSD
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
<< >>