D’un coup de couteau il blesse son épouse enceinte

2007-02-10 - Le Temps
Lu 216 fois

Tunis - le Temps : Les faits se sont déroulés il y a quelque temps, à Bouhajla au gouvernorat de Kairouan, et dont la cause essentielle est le différend familial entre deux époux en totale incompatibilité d'humeur.

En effet, la jeune épouse était sans cesse l'objet de violences par son mari qui la rouait de coups au cours des multiples scènes qui perduraient entre eux, rendant impossible leur vie ensemble.

C'est la raison pour laquelle l'épouse excédée, alla porter plainte à la police.
Son époux la rejoignit pour la convaincre de retirer sa plainte.
En vain car elle tint bon corroborant sa plainte par un certificat médical où le médecin fit état des multiples ecchymoses qu'elle portait au corps.

Etant enceinte, elle sentit un gros malaise et se dirigea pour cette raison au cabinet de son médecin traitant.

Là, et alors qu'elle attendait le médecin avec d'autres patientes, son époux la rejoignit pour la supplier de nouveau, de retirer sa plainte.

Mais devant son refus, il sortit un couteau qu'il cachait dans ses vêtements et atteignit sa femme par un coup qu'il lui assena en plein dans le ventre, avant de prendre la fuite.

Fort heureusement elle fut transportée d'urgence à l'hôpital où on lui prodigua les soins nécessaires jusqu'à ce qu'elle fut lors de danger.

Arrêté, le mari donna une autre version des faits, déclarant que c'était plutôt son épouse, qui l'avait menacé avec le couteau en question, qu'elle retira de son sac.
Il voulut le lui arracher, mais l'arme s'est plantée dans le ventre de son épouse par inadvertance.

Inculpé pour tentative d'homicide volontaire, il réitéra à la barre ses déclarations prises lors de l'enquête préliminaire insistant sur le fait qu'il n'avait pas l'intention d'agresser son épouse et encore moins de la tuer.

Son avocat, le soutenant plaida la qualification de l'infraction qui serait plutôt celle de coups et blessures graves, son client n'ayant à aucun moment eu l'intention de tuer son épouse.

Toutefois, le tribunal, après en avoir délibéré condamna l'accusé à 8 ans d'emprisonnement, pour homicide volontaire sans préméditation en vertu des articles 59 et 205 du code pénal.



Février 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28
<< >>