6 ans de prison pour l'agresseur d'une mineure

2007-02-10 - Le Temps
Lu 209 fois

Tunis - le Temps : L'accusé dans le cas d'espèce n'avait mesuré la gravité de son geste au moment des faits.
Ceux-ci s'étaient déroulés dans une des cités populaires de la capitale où un jeune âgé de 22 ans à peine surprit un soir une jeune mineure qui sortait pour faire quelques achats chez l'épicier du coin, pour la menacer avec un couteau de cuisine qu'il brandissait, l'obligeant à le suivre dans un endroit sombre et retiré, où, après avoir tenté de la violer, il la laissa à son sort et prit la fuite.
La jeune mineure, accompagnée de ses parents scandalisés, alla déposer plainte au poste de police de la localité, en donnant les signalements du forcené.

Une opération de ratissage dans toute la cité a permis aux agents d'arrêter celui-ci qui, après avoir avoué ses méfaits à l'enquête préliminaire, se rétracta devant le juge d'instruction ainsi que devant la Chambre criminelle du tribunal de première instance où il comparut dernièrement, déclarant que la jeune mineure l'avait suivi de son propre gré.
Il ajouta qu'il n'avait procédé à aucune violence ni menace à l'égard de celle-ci et qu'il ne portait sur lui aucune arme d'aucune espèce ni d'aucune catégorie.

Pour le soutenir, son avocat plaida le manque de preuves aux allégations de la victime qui vraisemblablement, était conditionnée par ses parents qui lui dictaient ses déclarations.

Il ajouta qu'il n'y a eu aucun témoin qui ait pu constater les agressions invoquées par la victime, alors que les faits s'étaient déroulés en pleine cité qui est toujours animée par les commerces qui restent ouverts jusqu'à une heure tardive de la nuit ainsi que par les nombreux passants.

Outre le fait qu'à aucun moment on n'entendit la jeune mineure réagir par des appels au secours ou des cris.
Rien ne prouve en tous les cas, concluait-il que la jeune mineure fut contrainte à suivre l'accusé d'autant plus que l'arme par lequel celui-ci aurait menacé la victime, n'a pas été saisie.

Il demanda de ce fait, l'acquittement pur et simple à son client.

Toutefois, le tribunal, après en avoir délibéré, condamna l'accusé à 6 ans d'emprisonnement.




Février 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28
<< >>