Mendicité en sous-traitance

2007-02-13 - Le Temps
Lu 598 fois

La mendicité est -elle toujours un signe d'indigence et de nécessité?
La réponse à cette question est d'autant plus nuancée, que parmi les mendiants qui rodent dans les places publiques, il y a ceux qui semblent plutôt en faire une profession.
Il y en a même ceux qui agissent en bande organisée en faisant de la sous-traitance, engageant d'autres personnes qui travaillent pour eux.
Cela devient un phénomène courant que les autorités sont en train de combattre énergiquement.
La situation est devenue telle qu'on ne plus faire la différence entre celui qui recourt à la mendicité par nécessité et celui qui en fait un vrai métier.
C'est le cas dans notre affaire.
En effet, une femme s'est rendue dans le sud avec l'intention d'enlever une fillette, et ce pour l'utiliser à la mendicité.
La gamine accompagnait justement sa mère pour passer des examens médicaux à l'hôpital de Sfax, lorsqu'elle fut interceptée par une femme qui a tenté de la conduire à l'extérieur de l'enceinte hospitalière où une complice l'attendait.
Après quoi, les deux gangsters se sont éclipsées au grand dam de la mère qui a donné l'alerte.
Informés, les agents de la police de Sfax ont immédiatement investi l'hôpital où ils passèrent au peigne fin l'établissement et ses alentours.
Finalement, ils sont intervenus au bon moment pour éviter un véritable drame, et intercepter les deux ravisseuses pour les arrêter et les conduire au poste.
Interrogées, les deux femmes ont déclaré qu'elles étaient venues spécialement de Tunis pour enlever une fillette afin de l'utiliser dans la mendicité.
Elles comptaient la mettre dans la rue pour mendier de l'argent aux passants.
L'enquête close, les deux femmes ont été inculpées de tentative d'enlèvement.
Elles ont été écrouées dans l'attente d'être traduites devant la justice.
Lamia CHERIF



Février 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28
<< >>