Merci M. l'agent !

2007-02-17 - Le Temps
Lu 480 fois

Elle doit certainement une fière chandelle à ce policier aux aguets dans cet abri-bus largement fréquenté par les fonctionnaires, pendant les heures de pointe et notamment lors de la pause de la double séance.
Insouciante, une jeune dame devisait sereinement avec une collègue de travail, dans l'attente de l'arrivée d'un autobus qui la conduirait chez elle pour avaler rapidement son déjeuner avant de retourner au travail.
Tout à coup le téléphone portable égrena une douce mélodie qui attira l'attention de la future passagère, laquelle s'empressa de le retirer de son sac à main pour répondre au quémandeur.
La scène n'a pas échappé à un délinquant, adepte du vol à la tire, qui remarqua, avec la perception d'un œil d'aigle, la liasse de billets de banque qui somnolaient au fond de la besace de l'insouciante dame.
Bref, un scénario idéal pour l'inculpé qui ne tarda pas à passer à l'action, profitant de ce coup de fil providentiel.
Rapide comme l'éclair, il fondit sur sa victime pour lui arracher sans ménagement le précieux sac à main, bousculant sur son passage les citoyens qui attendaient patiemment le car.
Toutefois, il ne se doutait pas de la présence d'un agent de l'ordre, en tenue civile, qui était présent dans la foule.
Ce troisième acteur devait bouleverser la donne puisqu'il s'interposa efficacement, barrant la route au délinquant qu'il prit la main dans le sac avant de l'immobiliser.
Ce dernier se rendit alors sans opposer la moindre résistance.
Coup de théâtre : la victime, surprise par l'audace de son agresseur et ayant sans doute les nerfs à fleur de peau, tomba en pâmoison, sous le regard médusé des badauds.
Une âme charitable lui fit reprendre connaissance en aspergeant son visage d'un parfum de qualité.
Elle poussa un ouf de soulagement quand son défenseur s'avança pour lui remettre son sac à main.
« Merci M.
l'agent » devait-elle lancer dans un soupir de satisfaction avant de monter dans le bus.
Quant à l'accusé, il a été arrêté et traduit devant la chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Tunis qui lui infligea deux années entières de mise à l'ombre.
Hamadi TAZARKI



Février 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28
<< >>