Confondus grâce à leurs empreintes digitales

2007-02-20 - Le Temps
Lu 377 fois

Depuis déjà une bonne période, le phénomène des cambriolages des villas, notamment dans les régions d'El Manar et El Menzah, est devenu inquiétant, en ne cessant de s'accentuer au fil des jours.
C'est une bande organisée qui procédait à ces cambriolages, en agissant avec un savoir- faire inégalable.

L'un des membres de la bande était même chargé de faire la reconnaissance dans les quartiers, pour voir dans quelle villa, l'opération était possible.
Les protagonistes dans cette affaire sont quatre jeunes, qui ont usé de tous les moyens pour ne pas laisser de traces, derrière eux.
En effet, armés de couteaux, ils commencent par envahir de nuit la maison inoccupée.
Ils y pénètrent après avoir escaladé la clôture, et fracturé la porte principale.
Une fois à l'intérieur, ils circulent à leur guise pour dérober les objets surtout très précieux.

Le maître des céans d'une villa cambriolée s'aperçut de la disparition d'une grande somme d'argent ainsi que de la chaîne stéréo, de la parabole, du récepteur et du téléviseur.

De surcroît, le désordre régnait partout à la maison et les poignets des portes étaient également brisés.
Son attention fut d'abord attirée par la porte d'entrée de sa villa qu'il trouva fracturée, ce qui le conduisit à procéder à des contrôles dans sa garde-robe et les différents endroits de la maison, pour se rendre compte du vol en question.

Malgré leurs précautions, les membres de la bande ont été répérés par leurs empreintes digitales, l'un d'eux ayant oublié de mettre des gants.
C'est une plainte supplémentaire à celles déjà déposées auparavant, qui a pu en fin de compte démasquer les malfaiteurs.
Leurs empreintes relevées par les agents de la police technique les confondaient d'autant plus qu'un complice a donné le signalement de ses acolytes, qui ont été tous arrêtés et déférés au parquet.
A l'interrogatoire, et après avoir longtemps tergiversé, les délinquants finirent par avouer leur acte, surtout lorsque la police a saisi les objets volés.

Pas seulement ceux cambriolés dans la maison du plaignant, mais également dans d'autres villas.
Les malfaiteurs ont regretté leurs méfaits, et demandé le pardon.
A l'audience, ils ont même expliqué leurs vols par la situation de chômage dans laquelle ils se trouvent.
La défense a demandé les circonstances atténuantes pour leurs clients vu leur jeune âge, leur situation familiale, et l'absence d'antécédents judiciaires.

Le tribunal rendra son verdict ultérieurement.
Lamia CHERIF



Février 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28
<< >>