Le crime de la maison hantée

2007-03-05 - Le Temps
Lu 4806 fois

Depuis que cette somptueuse villa, avec piscine, jardin et green, était mise à la vente, voilà bientôt plus de deux ans, elle ne trouva point d'acquéreur.
En effet, tous ceux qui étaient venus la visiter et émerveillés aussi bien par le site que par la bâtisse, avaient à chaque fois renoncé à réaliser l'opération d'achat qui pourtant constituait une aubaine vu le prix annoncé, dès qu'ils apprirent qu'elle était hantée et qu'une dame y avait trouvé la mort.
Cette dame, qui était une femme d'affaires y avait emménagé avec son enfant juste après son divorce, laissant le domicile conjugal pour son ex.
C'était les termes de l'arrangement amiable convenu entre les deux époux devant le juge de la famille, afin de mettre fin aux multiples tensions qu'il y avait entre eux, l'époux la soupçonnant de relations extra -conjugales de surcroît.
Il faut dire que leur liaison ne pouvait ni prospérer ni perdurer car elle était basée sur l'intérêt et le profit.
Le mari était au moment où il avait fait la connaissance de cette dame d'affaire, sans travail ni domicile fixe.
Il était présentable et beau parleur et fut engagé par cette dame afin d'assurer la prospection commerciale, au sein de l'entreprise qu'elle dirigeait.

En effet, étant fille unique elle avait hérité cette affaire de son père, décédé il y a quelque deux ans.
Au fil du temps leur relation évolua, pour dépasser le cadre du travail, la femme d'affaires s'étant de plus en plus attachée à ce jeune homme dynamique, qui était de surcroît son cadet de sept ans.
Elle était âgée à l'époque de trente-sept ans, et il en avait à peine trente.
Elle lui proposa le mariage et ce ne fut pas de refus de la part du jeune homme qui sauta sur l'occasion.
Mais de jour en jour, leur relation était altérée par le comportement excessif du jeune homme qui prenait tout en main reléguant son épouse à un rôle de subalterne, docile et obéissant et ce aussi bien en affaires qu'en ménage.
Se rendant compte qu'elle était plutôt exploitée, l'épouse se sentit blessée et grugée d'autant plus que son mari devenait de plus en plus violent et n'hésitait pas à la battre à plusieurs reprises et même après la naissance de leur fils issu de cette union, qui avait déjà quatre ans et qui était choqué de voir sa mère avec une ecchymose sur le front, ou l'œil au beurre noir.
La situation devenait intenable, car en outre il la soupçonnait d'avoir des relations extra-conjugales.
Le jour où elle demanda le divorce, il posa des conditions qui étaient exorbitantes, mais que l'épouse accepta, la mort dans l'âme, pourvu qu'elle mît fin à cette union.
Elle eut la garde de l'enfant et lui laissa le domicile conjugal un bel appartement dans un quartier chic, et la deuxième voiture, une BMW flambant neuve.
Cependant et malgré toutes ces concessions, le mari jaloux, et qui au fond de lui-même pensait qu'il était malgré tout perdant, ne cessait d'importuner son ex-épouse, en allant l'agresser dans cette nouvelle villa où elle s'était installée depuis le divorce.
Il allait la voir, dans le cadre de l'exercice de son droit de visite à son fils et à chaque fois, ces visites dégénéraient en scènes de plus en plus violentes.
Par ailleurs, et au bout de quelque temps, la pauvre dame, était constamment dérangée le soir par des bruits bizarres qu'elle entendait à la maison, surtout au moment où elle dormait.
Souvent, après avoir entendu comme le bruit d'une fenêtre qui s'ouvrait, ou d'une porte qui se refermait, elle se levait au milieu de la nuit pour se rendre compte que tout était en ordre et qu'aucune fenêtre n'était ouverte.
Elle s'inquiétait de plus en plus et finit par raconter sa mésaventure à son jeune cousin, auquel elle demanda par la même occasion de venir s'installer avec elle à la maison pour lui tenir compagnie.
Le jeune homme confirma à son tour qu'il y avait des bruits bizarres à la maison, surtout le soir, et finit par croire tout autant que la dame de céans, que cette maison était hantée.

L'ex-époux, avait quelques jours avant la drame, lors de sa visite hebdomadaire, fait sa crise de jalousie, et s'était disputé avec le jeune cousin qu'il soupçonna malgré son très jeune âge.
Une rixe eut lieu entre eux, et s'était terminée par l'intervention des voisins pour séparer les antagonistes et limiter les dégâts.
Mais avant de partir il lança à son ex-épouse : "je te tuerai !".
Par un matin ensoleillé du mois de mai, le jeune homme qui se réveilla ce dimanche un peu tard fut terrassé de voir sa cousine, inanimée, gisant par terre au salon avec un foulard autour du cou.
S'enquerrant de plus près, il constata qu'elle était morte, et remarqua du sang qui lui sortait par le nez.
Sans perdre de temps, il alla prévenir la police qui se déplaça sur les lieux.
Bien que le jeune homme eut avisé de cet incident en se présentant lui-même à la police, pour preuve de sa bonne loi, il fut arrêté pour les besoins de l'enquête.
Le mari également fut un suspect de taille, d'autant plus que lors de la dernière dispute, il menaça la victime de mort, de manière ostentatoire et publique, en présence des voisins.
Mais il s'avéra en voyage depuis deux jours avant le drame.
D'ailleurs à son retour, il put prouver, documents à l'appui qu'il était au moment des faits sous d'autres cieux.
Le cousin qui a été retenu comme seul suspect, fut blanchi par la justice.
Mais qui alors pouvait commettre un tel crime et à quelle fin ?
Le mari a-t-il commandité ce meurtre en chargeant une tierce personne, parmi celles qu'il chargeait aussi pour faire croire que la maison était hantée ?
Hélas, l'enquête n'a pu prospérer sur cette filière et le mystère de ce meurtre resta entier.
Ahmed YOUNES



Mars 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
<< >>