2007-03-11 - Le Temps
Lu 212 fois

Qu'est-ce que le bonheur ? Autant la question semble saugrenue, autant y répondre serait délicat et en tous les cas pas du tout évident.
En effet, à chacun son bonheur.
Pour certains c'est l'argent, la richesse, le luxe, la volupté.
Pour d'autres, c'est la santé, la paix et la quiétude de l'esprit.
Il y a même ceux qui éprouvent un grand bonheur dans le malheur des autres.
Ceux-là, représentent la catégorie la plus méchante et la plus redoutable, car elle englobe tous ceux qui représentent le mal et renferme en son sein les sadiques et tous ceux qui aiment voir ou faire souffrir les autres.
Ils usent donc de tous les moyens pour arriver à leurs fins.
Cela se vérifie que ce soit entre individus d'une société donnée, ou entre nations et peuples à l'échelle internationale.
L'exploitation du plus faible par le plus fort, fait le bonheur d'un individu ou d'une catégorie sociale, au détriment d'autres formes de plus en plus individus ou catégories sociales.
L'esclavage longtemps aboli, a pris d'autres modernes et déguisées.
Le travailleur sous payé qui accepte un emploi pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, dans des conditions parfois plus qu'inhumaines, le fait pour assurer le bonheur de celui qui l'emploie, et qui profite au maximum d'une situation à son avantage.
Cependant, le travailleur y trouve, à un moment donné et tant bien que mal, le bonheur, serait-ce que factice de pouvoir trouver de quoi subvenir à ses besoins, par le peu qu'il gagne.
Il se fait une raison, et s'en contente.
Dans certains cas, il peut-être au fond de lui-même beaucoup plus heureux que son patron richissime, mais qui a plein de soucis.
La Fontaine, a bien illustré ce cas dans une de ses fables : "Le savetier et le financier".
Le savetier qui vivait au jour le jour, passait son temps à chanter au point de déranger le financier qui par contre, ne trouvait même pas le temps pour se reposer, étant constamment occupé à compter ses sous.
Il eut l'idée d'aller proposer au savetier de prendre sa place au château où il habitait, tandis qu'il prenait lui-même la place du savetier dans la cordonnerie.
Le savetier accepta au départ, attiré par l'argent et la richesse.
Mais dès qu'il fut au château il s'arrêta de chanter.
Il passait son temps à compter et recompter l'argent dans la caisse, et cela l'empêchait de dormir.
Car il était constamment aux aguets, se réveillant au moindre bruit, qu'il prenait pour celui de voleurs venus le dévaliser.
Cela le rendit très malheureux et au bout de quelque temps, il vint voir le financier pour lui dire qu'il renonçait à son rôle de financier et reprendre sa place en tant que savetier.
Et pour convaincre le financier il lui dit : "Reprenez votre argent et rendez-moi mes chansons !".
C'est que le bonheur est tout à fait relatif.
Celui de ce savetier, n'est pas du tout dans l'argent et le luxe, mais dans la joie, la gaieté et les chansons.
Pour d'autres, le bonheur est dans la souffrance des autres, la zizanie, la discorde, les guerres et tout ce qui est de nature à nourrir le mal, pourvu qu'ils y trouvent leurs comptes et préservent leurs intérêts.
Ahmed YOUNES



Mars 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
<< >>