Un cadavre dans le puits

2007-03-12 - Le Temps
Lu 197 fois

Par une matinée de printemps, en ce mois de mars où le temps est encore indécis, le soleil était voilé de quelques nuages blancs qui à leur passage lui permettaient de réchauffer l'atmosphère brumeuse et donner un éclat au feuillage des multiples amandiers et poiriers récemment fleuris annonçant une saison prometteuse et ajoutant à la beauté du paysage.
Les arbres fruitiers, s'étendaient sur plusieurs hectares, dans cette ferme, réputée au village pour être parmi les plus agréables et les plus modernes.
Le gardien qui se réveilla tôt, eut l'idée d'y faire un petit tour, pour profiter de la douceur du climat et respirer un peu d'air pur.
Il s'arrêta à côté du puits, qui servait à l'irrigation et eut envie d'en puiser un peu d'eau pour se rafraîchir.
Il fit descendre le seau à l'aide de la corde attachée à une poulie, comme il le faisait à chaque fois à cet effet.

Mais il se rendait compte que le seau butait sur un obstacle.
Il recommença deux ou trois fois la même opération, pour aboutir au même résultat.
Comme il avait l'habitude de descendre au fond du puits, il décida de le faire afin d'en avoir le cœur net.
Mais que ne fut pas sa surprise lorsqu'il découvrit le cadavre de son patron flottant sur l'eau.
Tremblant, la respiration haletante et sentant comme quelque chose qui l'avait pris subitement à la gorge, il ne pouvait même pas crier et il remonta pour se hâter d'aller prévenir la police et appeler du secours pour son patron qu'il croyait encore vivant.
Hélas les agents qui se dépêchèrent à son appel, découvrirent en remontant le corps, que celui-ci était sans vie.
Le procureur qui se déplaça sur les lieux avec la police, ordonna l'ouverture d'une enquête ainsi qu'une autopsie.
Celle-ci révéla que la victime avait reçu un choc au niveau de l'occiput par un objet solide lui générant une hémorragie interne en plus d'un traumatisme.
Elle avait également avalé une bonne quantité d'eau.
Mais la question qui vient automatiquement à l'esprit et qui restera sans réponse est la suivante :
Le traumatisme avait-il été subi par la victime avant de tomber (ou d'avoir été jetée) dans le puits, ou au contraire était-il dû à sa chute ?
En d'autres termes était-ce un accident ou un meurtre ?
Et si la victime avait voulu mettre fin à ses jours de cette façon ?
Le gardien avait été arrêté pour les besoins de l'enquête.
Il déclara qu'il avait été engagé il y a cinq ans par son patron.
Celui-ci était un richissime agriculteur bien connu dans la région.
Il était divorcé et n'avait pas d'enfants.
Son neveu, lui tenait compagnie ainsi que la comptabilité de la société unipersonnelle de primeurs dont son oncle était le gérant.
Il ajouta que le neveu dépensait beaucoup d'argent et en réclamait toujours davantage à son oncle.
Celui-ci n'avait de cesse que de lui reprocher de jeter de "l'argent par les fenêtres".
Le jeune homme était-il inconscient, ou voulait-il profiter au maximum de l'argent de son vieil oncle ?
D'autant plus que le gardien révéla un autre élément de taille : Le jeune homme lui fit part des nouvelles relations qu'eut son oncle avec une jeune dame, qu'il comptait vraisemblablement épouser.
Il lui avait même dit qu'un jour il surprit son oncle, dans une discussion houleuse avec cette dame qu'il entendit distinctement dire au vieil homme sur un ton menaçant : "Si tu me cèdes pas la ferme je te quitte immédiatement.
Tu sais bien que ton seul héritier, c'est ton neveu.
Tu lui a pratiquement cédé la société, ça suffit non ?".
-"Ce n'est pas encore le moment, lui répondit-il.
C'est encore tôt ! A quel titre je vais le faire ? Attends que tu sois officiellement mon épouse !".
- "Tais toi, fiche moi la paix.
Tu sais que suis nerveuse, et je peux te faire du mal !"
Le neveu qui tombait des nues fut à son tour arrêté ainsi que la bonne dame.
Celle-ci nia complètement avoir eu une quelconque relation intime avoir la victime.
"C'est une relation de travail que j'avais avec monsieur x.
Je faisais de la prospection pour lui, dans les hôtels notamment.
Je lui vouais beaucoup d'estime et un profond respect".
De la confrontation qu'elle eut avec le neveu, ou avec le gardien, on n'a pu tirer rien de concret.
Avec trois suspects le mystère resta entier, et on n'arriva pas à établir la culpabilité d'aucun d'entre eux.
La bonne dame aurait pu suite à une discussion animée avec la victime, s'emporter pour lui asséner un coup mortel, puis le jeter dans le puits.
Le neveu aurait pu le faire également afin d'avoir l'héritage à lui seul.
Quant au gardien, on imagine mal qu'il ait pu commettre un tel acte mais pour quelle raison ?
Quoiqu'il en soit on est resté au stade des supputations, dont on ne peut en aucun cas tenir compte en matière pénale.
Aussi ce fut la thèse de l'accident qui a été retenue, car elle était la plus plausible.
Ahmed YOUNES



Mars 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
<< >>