Ces valeurs qui se perdent !

2007-03-13 - Le Temps
Lu 200 fois

Un nouveau problème comportemental commence à prendre de l'ampleur dans la société arabo-musulmane alors qu'on la croyait capable de s'en prémunir, vu les traditions séculaires de bonne conduite qui y prévalaient.
Mais l'on doit vite déchanter car des changements radicaux se sont opérés au crépuscule du 20e siècle et à l'orée du 21e.
En effet, la violence contre les vieux est en passe de devenir monnaie courante, alors que je me rappelle encore le respect quasi-religieux que ma génération observait vis-à-vis de cette frange de la société à laquelle nous sommes tous redevable.
Mes camarades et moi arrêtons nos jeux au passage de cette catégorie de personnes à la barbe blanche et au dos arrondi par le poids des ans.
Nous le faisions par respect car nous les considérons tous comme nos grands-parents, voire nos aïeux.
Il était inconcevable pour nous de proférer le moindre mot aussi petit soit-il alors qu'à présent les gros mots fusent de partout pour blesser les tympans des vieux et des vieilles qui ont le malheur de se mêler à la foule.
Nos parents se sont longuement attardés pour nous inculquer les hautes valeurs morales dont la considération et la reconnaissance envers les aînés et alors que dire des géniteurs de nos propres parents.
Leur venir en aide, dans toutes les circonstances, était notre leitmotiv.
D'ailleurs, c'était une recommandation éducative noble et hautement humaine qu'ils nous inculquaient.
On accourait pour faire traverser la chaussée à ce vieux qui peinait sur sa canne.
On l'aidait à porter son couffin plein de victuailles et vraiment lourd pour son âge.
Quant à mon frère, il demandait toujours à notre voisine à l'échine courbée du fait de ses quatre-vingts printemps, si elle avait quelque chose à acheter chez l'épicier du coin.
Attitude spontanée née d'une éducation civique familiale de qualité dont la finalité vise la consolidation des liens entre les générations par une entraide sans faille.
A présent, la violence contre les vieux est multiforme.
De la violence verbale, comportementale jusqu'aux sévices physiques.
Oui, on est arrivé à cet ultime stade de la déchéance humaine avec des grands-parents malmenés par leur progéniture et même leurs petits-enfants.
N'en parlons pas de la vieillesse étrangère à la famille.
Celle-ci n'échappe pas à la règle.
Elle est traitée comme moins que rien.
Sans aucun égard, sans le moindre respect, sans compassion.
Les scènes de la vie quotidienne fourmillent d'exemples notoires : hier, un vieillard a emprunté le métro pour se rendre chez sa belle-fille.
Le wagon était bondé et il n'y avait aucune place de libre.
Haletant, il se plaça debout aux côtés d'un jeune de vingt ans, engoncé dans son siège, les écouteurs aux oreilles.
Ce dernier fit semblant de ne pas l'apercevoir tandis que la femme, assise en face de lui, épiait ses moindres gestes.
Elle eut, alors, la délicatesse de lui demander de céder sa place à ce vieux qui tremblotait sur ses jambes et qui avait, certainement, l'âge de son grand-père.
Rien n'y fit et le jeune homme insouciant de siffloter au rythme de la musique qu'il écoutait en solo.
Imperturbable, il regarda avec dédain le vieux dont une larme s'écoula lentement sur sa joue tannée.
Hamadi TAZARKI



Mars 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
<< >>