Un commerçant tranche la gorge à son concurrent

2007-03-30 - Le Temps
Lu 210 fois

Tunis le Temps : Il y a de ces crimes qui étonnant tant par leur cruauté que par les mobiles qui y ont poussé.

Dans ce quartier, de Sidi Boumendil qui pullule de commerçants les relations entre ceux-ci sont plutôt amicales malgré la concurrence qu'il peut bien avoir entre eux.
Ce ne sont pas les clients qui manquent dans cette rue, souvent bien achalandée.
Bien plus, quand l'un des commerçant ne peut satisfaire un client à la recherche d'un article manquant à son étalage, il le dirige volontiers vers son collègue et réciproquement.

Cependant le drame qui eut lieu il y a quelque temps dans le quartier, constitue une exception à cette règle.

En effet, le jour des faits une dame avait demandé à l'un des commerçants des cadres pour photo.
Il lui montra tout ce qu'il pouvait avoir comme sortes de cadre, mais aucun ne plut à cette dame.
Et pour cause, un cadre exposé chez le commerçant avoisinant avait attiré son attention.
Ce fut la raison pour laquelle elle se dirigea vers celui-ci pour acheter la chose qui répondait parfaitement à sa demande.

A peine était-elle partie, que l'autre commerçant furieux est venu brusquement vers son collègue et sans crier lui renversa tout l'étalage de cadre, y créant aussi du désordre et des dégâts également.
Le commerçant victime ne put supporter l'agissement de son collègue et prit tout de suite sa revanche en faisant la même chose de l'étalage de celui-ci.

Ce qui généra une bagarre suite à laquelle le commerçant qui avait gardé rancune à son collègue, pour le seul fait qu'il avait vendu un cadre à la cliente, se saisit d'un couteau et lui assèna un coup au niveau du coup, lui sectionnant la jugulaire gauche.
Ce qui causa la mort de la victime presqu' instantanée.
Celle-ci passa en effet de vie à trépas à son arrivée à l'hôpital.

Arrêté, l'auteur de ce crime absurde, fut inculpé d'homicide volontaire en vertu de l'article 205 du code pénal.

Devant le tribunal, l'accusé déclara qu'il n'avait pas l'intention de tuer son collègue.

Quant à son avocat, il plaida l'absence d'intention de tuer par son client, demandant au tribunal la requalification des faits qui constituent plutôt qu'un homicide, des coups et blessures générant la mort sans intention de la donner par leur auteur.

Le tribunal appréciera.




Mars 2007
LMMJVSD
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
<< >>