L'avocat et le médecin, blanchis

2007-04-06 - Le Temps
Lu 190 fois

Tunis, Le Temps : Dans cette affaire dont nous avons déjà relaté les faits dans nos colonnes, parmi les impliqués il y avait un médecin et un avocat.

Celui-ci était accusé par la société d'assurance, d'avoir intenté une action en réparation de dommages, suite à un accident de la route avéré imaginaire.
Parmi les documents présentés à l'appui de sa demande, le certificat médical établi pourtant par un médecin de la santé publique, était un faux.
En outre, l'avocat qui intenta une double action, pour le même accident, devant deux tribunaux différents, donna la somme de 600 dinars à la victime pour l'aider à faire face à de multiples soins.
Devant le tribunal, le médecin impliqué, déclara qu'il n'avait fait que son devoir.
Il avait, dit-il, prescrit quelques jours de repos à la victime qu'il avait auscultée préalablement.
Quant à l'avocat il nia l'accusation qui lui était reproché, affirmant qu'il avait agi en se fondant sur un certificat médical en bonne et due forme.
Il rejeta, par ailleurs, l'accusation d'avoir donné 600 dinars à la victime, pour le prix de son silence, mais bel et bien pour faire face à des soins, comme il avait pris l'habitude de le faire aves ses clients.
Il démentit également le fait d'avoir perçu à titre d'avance, la somme de sept mille dinars, de la société d'assurance, comme le prétendait la victime elle même.
Les avocats de la défense, soutenant leur client médecin, affirmèrent que l'accusation à l'encontre de celui-ci était dénuée de tout fondement, tant sur le plan juridique que sur le plan des faits.
Il n'avait fait que son devoir, au vu de sa qualité et en son âme et conscience.
Les avocats qui défendirent leur collègue plaidèrent essentiellement et abstraction faite du fond, le défaut de procédure, le procès verbal étant juridiquement nul et de nul effet.
Outre le fait que l'accusation n'est fondée sur aucun élément tangible et probant.
Le tribunal avait suivi la thèse de la défense pour acquitter purement et simplement aussi bien le médecin que l'avocat.



Avril 2007
LMMJVSD
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
<< >>