Affaire de viol: Alibi solide ?

2007-04-26 - Le Temps
Lu 215 fois

Tunis - Le Temps : Dans cette affaire où deux jeunes hommes sont impliqués de viol de deux écolières, le tribunal de première instance les a déclarés coupables pour leur infliger la peine capitale.
Tandis qu'une troisième personne a été acquittée pour défaut de preuve, et une quatrième personne a été déclarée irresponsable, les médecins l'ayant déclaré, au bout de l'expertise psychologique à laquelle il a été soumis, comme ne jouissant pas de ses facultés mentales.
Les deux accusés, condamnés à la peine de mort interjetèrent appel.
Ils comparurent devant la Cour, et chacun d'eux invoqua un alibi de nature à prouver leur innocence.
En effet, l'un et l'autre déclarèrent que des témoins étaient prêts à certifier à la cour, que les accusés se trouvaient avec eux, le jour des faits, loin de l'endroit où le viol eut lieu.
Les avocats de la défense soutenant leurs clients présentèrent à la Cour des conclusions en ce sens, en communiquant les coordonnées de ces témoins et en demandant à la Cour de les convoquer à la barre pour confirmer leurs affirmations.
L'un des accusés éclata en sanglots, en demandant à la Cour de lui faire justice, n'ayant rien à voir avec ce viol collectif.
La Cour, acquiesçant à la demande des avocats, a renvoyé l'affaire à l'audience du 14 mai, pour écouter lesdits témoins.



Avril 2007
LMMJVSD
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
<< >>