Le dealer dénoncé par sa maîtresse

2007-05-07 - Le Temps
Lu 410 fois

Le jeune homme, qui comparut en état d'arrestation devant le tribunal de Tunis, pour répondre de l'inculpation d'écoulement de stupéfiants, n'aurait jamais imaginé qu'il serait dénoncé par sa maîtresse.
Arrêté il avait également entraîné avec lui un complice.
Au départ ce fut cette amie intime, à laquelle il vouait une grande estime et un amour ardent, qui fut arrêtée en flagrant délit de détention de produits stupéfiants.
Soumise à l'analyse des urines, elle s'avéra une consommatrice invétérée de ces produits à la consommation desquels elles s'adonnait depuis déjà une bonne période.
Interrogée sur la provenance de ces produits, elle alla directement au but, en dénonçant sans tergiverser son ami sans manquer de communiquer ses coordonnées.
Ses complices, arrêtés également pour consommation, confirmèrent ses déclarations, déclarant tout de même qu'elle était la seule à être en contact avec lui.
La femme ainsi que ses complices écopèrent de peines privatives de liberté pour consommation tandis que le dealer, restant en état de fuite, fut d'abord condamné par défaut.
Ayant fait opposition à cette condamnation, il put comparaître à nouveau devant le tribunal pour nier en bloc les faits qui lui étaient reprochés, taxant les dénonciations de son amie de tissu de mensonges, celle-ci ayant agi par esprit de revanche, alors qu'il lui avait promis le mariage à un moment donné.
Son avocat, le soutenant dans sa thèse, déclara que rien au dossier ne pouvait corroborer l'accusation de son client.
Il plaida l'absence d'éléments tant matériel que légal de l'infraction et demanda de ce fait l'acquittement pur et simple.
D'autant que le témoignage d'un accusé ne peut en aucun cas être crédible, surtout en l'absence d'éléments concrets et tangibles.
L'affaire a été mise en délibéré.



Mai 2007
LMMJVSD
01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
<< >>