Une dernière course malheureuse

2007-05-29 - Le Temps
Lu 637 fois

L'affaire a démarré suite à une plainte déposée, auprès des agents de la garde nationale, par une personne victime d'un vol qualifié suivi de menaces avec une arme blanche, et dégâts aux biens d'autrui commis à son détriment par trois individus dont un enfant.
Ce dernier a été renvoyé devant la juridiction compétente.
Quant aux deux autres inculpés, ils ont comparu en état d'arrestation devant la chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis.
En effet, le plaignant est un chauffeur de taxi qui a embarqué les coupables, le soir des faits à une station d'essence, vers 23 heures.
Ils étaient dans un état d'ivresse évident et ils lui demandèrent de les emmener à la cité Ibn Sinaa.
Arrivé dans un lieu retiré et éloigné des regards, l'un des agresseurs a coupé le moteur, et sommé le chauffeur de lui remettre les clés de la voiture.
Le deuxième a brandi un couteau et le plaça sur le cou de la victime, menaçant de l'utiliser en cas de refus d'obtention de la recette du jour.

Apeuré, le chauffeur a abandonné sa voiture pour avoir la vie sauve, ce dont profitèrent les délinquants pour casser le compteur et s'emparer d'une somme d'argent rondelette avant de prendre la fuite.

Quelque temps après, la victime retourna sur les lieux pour constater les dégâts ainsi que la disparition de sa recette.
Suite à sa plainte, les agents ont ratissé les environs et sont parvenus à arrêter les suspects.
Confrontés à la victime, celle-ci reconnut ses agresseurs.
Arrêtés et déférés devant la justice, les inculpés ont déclaré que suite à leur beuverie, ils décidèrent de braquer un chauffeur de taxi, et le jour des faits, ils se sont partagé les rôles avant de commettre leur forfait.

Dernièrement, deux inculpés ont comparu devant le juge pour répondre de leur délit.

À l'audience, l'un des deux accusés s'est rétracté, affirmant qu'il n'était pas avec les agresseurs.

Quant à l'auteur principal, il a demandé la clémence de la cour.
Son avocat a sollicité les circonstances atténuantes pour son client.

En ce qui concerne le deuxième accusé, il n'a pas commis d'actes délictueux, selon la défense qui a ajouté qu'il n'a pas menacé ni volé le chauffeur de taxi.
En conséquence, l'avocat a requis du tribunal l'acquittement de son client.

La cour appréciera.

Lamia CHERIF



Mai 2007
LMMJVSD
01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
<< >>