La perpétuité confirmée pour le mendiant assassin

2007-06-23 - Le Temps
Lu 361 fois

La chambre criminelle de la cour d'appel de Tunis a eu à juger dernièrement une affaire d'homicide volontaire avec préméditation dans laquelle est impliqué un jeune mendiant.
Les faits remontent à l'année 2005, quand l'inculpé, étendu tranquillement dans son gourbi, fut surpris par un énergumène qui lui subtilisa par la force la somme de 80 dinars et lui ordonna de quitter les lieux.
Le pauvre mendiant ne put qu'obtempérer devant l'agressivité brutale de l'intrus.
Toutefois il se mit à ruminer sa vengeance, et, pour ce faire, il mendia durant toute une journée, et avec l'argent récolté il alla se droguer en achetant des comprimés psychotropes pour se donner du courage, ainsi qu'un grand couteau de cuisine l'arme de sa vengeance.
La nuit tombée il se rendit à son gourbi occupé par son agresseur qu'il trouva endormi, et sans crier gare, il lui planta le couteau en plein cœur, le laissant giser dans une mare de sang.
Son forfait accompli, il sortit et se mit à errer sans but précis.
Sur son chemin, il rencontra un ami, auquel il relata le crime qu'il vient de commettre.
Celui-ci le convainquit de se livrer à la police, et c'est ce qu'il fit.
Lors de l'interrogatoire, l'inculpé affirma qu'il était inconscient par l'effet des comprimés qu'il avait avalés, de ce fait il ne savait pas ce qu'il faisait.
Le tribunal de première instance de Tunis le condamna à la perpétuité pour homicide volontaire avec préméditation.
Interjetant appel, il comparut de nouveau devant les magistrats pour répondre de son forfait.
Il réitéra ses dires et ajouta qu'il avait été condamné à 5 ans de prison pour tentative de meurtre en 1996 et, à cause de son incarcération, il eut des problèmes avec sa famille qui l'a rejeté.
Il vécut alors dans ce gourbi pendant deux ans.

Son avocate souligna que l'élément intentionnel du crime est absent et, sur cette base, elle demanda les circonstances atténuantes pour son client, qui mérite également la prise en considération de son état psychologique.

La cour, après délibérations, a confirmé la peine initiale.
Lamia CHERIF



Juin 2007
LMMJVSD
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
<< >>