Etait-elle de mèche avec ses ravisseurs ?

2007-06-25 - Le Temps
Lu 301 fois

Deux jeunes hommes sont impliqués dans cette affaire de viol avec violence sur une jeune femme.

Dans sa plainte déposée auprès de la police, la victime déclara alors qu'elle s'apprêtait à faire ses courses chez l'épicier du coin, elle a été surprise par une voiture, avec deux jeunes à bord, qui s'arrêta à sa hauteur.
L'un d'entre eux descendit pour l'obliger à les accompagner en usant de violence.
Amenée dans une forêt isolée, elle a été violée, à ses dires, tour à tour par les deux délinquants.

Ils se sont dirigés ensuite dans un autre lieu plus calme, où ils ont récidivé, devait elle ajouter.
Sur le chemin du retour, ils l'ont jetée hors de la voiture et ont poursuivi leur route.
Elle a dû alors faire de l'auto-stop pour se rendre au poste de police le plus proche où elle a raconté sa mésaventure.

Les agents de la police criminelle ne tardèrent pas à mettre la main sur les deux violeurs qui nièrent avoir procédé à un quelconque usage de la violence.

L'accusé principal, selon sa version, connaissait la victime.
Elle était son amie, et elle s'était récemment mariée.

Elle est venue le jour des faits pour mettre fin à cette relation et
vers huit heures, elle est venue au rendez-vous et monta dans la voiture avec son consentement et c'est de plein gré qu'elle les suivit pour passer quelques moments agréables ensemble.

L'accusé principal confirma qu'il a eu des rapports avec sa compagne, mais sans aucune violence !
Le complice affirma que l'auteur principal lui téléphona le jour des faits pour lui montrer voir sa dulcinée, niant les faits de complicité.
Mais le juge ne l'a pas entendu de cette oreille, et a condamné chaque violeur à 10 ans de prison.

Ayant interjeté appel, ils ont comparu de nouveau devant les magistrats.
L'accusé principal nia les faits de viol affirmant que la jeune femme est allé avec lui avec son consentement.
Son avocat demanda les circonstances atténuantes à son client et sollicita de la cour la réduction de la peine prononcée au premier degré.
La cour appréciera.
Lamia CHERIF



Juin 2007
LMMJVSD
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
<< >>