Am Ettaïeb en vacances

2007-07-08 - Le Temps
Lu 315 fois


Il avait épuisé toutes les excuses qui lui permettaient de remettre les vacances aux calendes grecques.
Mais au 28 juin, il se retrouva franchement au pied du mur.
En effet il n'y avait plus à cette période d'examens à passer ou des résultats d'examen scolaires à attendre par ses enfants.
Am Ettaïeb, qui approchait de la soixantaine, préférait en effet rester chez lui, à lire tranquillement un livre ou une revue historique ou scientifique.
La télévision ne lui disait pas grand chose, et de n'importe quelle façon avec son épouse qui ne faisait que zapper à la recherche constamment, d'un film égyptien ou d'une chanson de " star académy ".
Il avait horreur des films égyptiens dont les thèmes se ressemblent ou presque et qui ne décrivent en aucun cas la réalité du pays, sauf quelques uns où le réalisateur a eu le courage d'interpeller certains en abordant des sujets " tabous " ou inabordables pour une raison ou une autre.
Am Ettaïeb était d'ailleurs plongé dans ses cogitations , un dimanche, sirotant son café, jetant de temps à autre un coup d'œil sur les annonces , dans un vieux journal datant de quelque trois ou quatre jours.
Il cherchait à louer, comme il le faisait chaque année, contraint et forcé par son épouse, une maison dans une des villes de la banlieue nord, afin de profiter de la plage et passer avec ses enfants une période de vacances, qui leur permettrait de changer d'air et prendre une bonne bouffée d'oxygène.
Mais devant les montants exorbitants des loyers, Am Ettaïeb, resta perplexe, après avoir lu cette annonce :
" A louer pour la période estivale, maison à dix minutes de la plage, équipée d'une kitchenette et d'une salle d'eau avec toilettes et douche.
Deux pièces, et dépendance....prix 3000 dinars à débattre ".
" 3000 dinars , rien que pour le loyer, et le reste ? mettons 500 dinars par mois au moins , sans les faux frais et l'argent de poche pour les enfants.......Bref il faut avoir de côté pas moins de 5000 dinars pour être plus ou moins à l'aise.
A ce prix , il vaut mieux rester à la maison et sortir quelquefois pour aller passer de temps en temps un petit séjour à l'hôtel ; d'autant plus qu'on ne cesse pas d'encourager au tourisme local avec des prix de plus en plus concurrentiels et abordables.
" pensa Am Ettaïeb avec enthousiasme.
Il décrocha le téléphone pour appeler un hôtel qui indiquait dans une annonce, sur une demi-page, au journal qu'il avait devant lui, et dans laquelle des séjours y étaient proposés à des prix assez raisonnable.
" Allo ? passez-moi la réservation s'il vous plaît " demanda-t-il sur un ton ferme et résolu
" Si c'est pour des séjours de vacances , c'est complet monsieur ! nous avons un arrivage de touristes et nous sommes ainsi en surbooking !
Désolé, monsieur, ......à la prochaine.
"
Am Ettaïeb avait à peine raccroché que son épouse, rentrée du marché, vint lui annoncer, ce qui était pour elle ,une très bonne nouvelle :
" ça y est, j'ai réservé une maison pour les vacances.Je suis allée tout à l'heure voir le propriétaire, avec Tata Hallouma, ma cousine.
Celle-ci vient ainsi que toute sa famille, avec nous ; elle lui a d'ailleurs versé des arrhes.
2000 dinars pour un mois et demi, c'est pas mal non ?
Notre part s'élèvera à 1000 dinars.
Une occasion à ne pas rater.
"
-Et combien y a-t-il de pièces dans cette maison ? lui demanda inquiet Am Ettaïeb.

" Deux,c'est amplement suffisant non ? Nous prendrons la plus petite, puisque nous ne sommes que quatre, et Tata Hallouma, prendra la plus grande.
Logique non ? ils sont douze avec les enfants ! "
Am Ettaïeb était plutôt déçu.
Il pensa que c'est le supplice, qui revenait , comme d'habitude , et au cours duquel il se disait chaque jour : " vivement la rentrée ! "
Ahmed YOUNES



Juillet 2007
LMMJVSD
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
<< >>