La victime atrocement égorgée par le cambrioleur

2007-07-12 - Le Temps
Lu 327 fois

Tunis le Temps: Le sexagénaire, d'origine italienne, avait choisi de passer une paisible retraite, en Tunisie, dans cette ville touristique tant convoitée, ne serait-ce que pour ses beaux sites et ses merveilleuses plages.
Vous avez deviné , bien sûr, qu'il s'agit de Hammamet, et c'est là où il avait élu domicile, fuyant les grandes villes bruyantes et polluées.
Au fil du temps, il fit la connaissance de quelques personnes, tissant des liens d'amitié avec certains d'entre eux, dont notamment deux jeunes personnes.
Celles-ci, prirent l'habitude de le visiter chez lui, pour des soirées bien gaies et surtout bien arrosées.
Le jour du drame, après avoir passé une soirée animée par la dive bouteille, l'un des deux invités, eut l'idée de cambrioler son hôte.
Cependant pour y parvenir, il pensa directement à la manière la plus forte, ou plutôt la plus vile.
Aussi s'empressa-t-il d'aller à la cuisine pour chercher un gros couteau, et se ruant sur le sexagénaire il commença à lui asséner une série de coups, avec toute haine et violence, criblant son corps à telle enseigne que la lame se brisa.
Il se dirigea alors vers la cuisine ,pour chercher un autre couteau et continuer à lui administrer des coups lui générant de profondes blessures.
Puis,et pour le coup de grâce,il lui trancha le cou de bout en bout.
Après quoi, il cambriola la maison , en emportant avec son ami plusieurs objets de valeur, en plus de quelques bouteilles de vin avant de prendre la fuite, laissant le pauvre homme sans vie, gisant dans une mare de sang.
Son compagnon avait-il participé à cette opération?
En tous les cas et pour sa part,il déclara qu'il était pris de court, et qu'il n'était pas de connivence avec l'égorgeur.
Inculpés d'homicide volontaire, vol qualifié et complicité, les deux jeunes hommes comparurent devant le tribunal.
L'auteur principal,déclara qu'il avait planifié avec son ami pour cambrioler la maison de la victime,mais non pour la tuer, ajoutant qu'il avait agi sous l'emprise de l'alcool, sans réaliser ce qu'il était en train de faire.
Certes, précisa-t-il,il en voulait au sexagénaire, qui ne l'avait pas aidé pour aller travailler à l'étranger, et il était amer, ayant manqué de peu d'aller travailler en Libye.

Le tribunal,renvoya l'affaire au mois d'octobre afin de continuer les débats et prendre les dépositions de certains témoins.



Juillet 2007
LMMJVSD
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
<< >>