Le chauffeur de taxi pris au piège

2007-07-14 - Le Temps
Lu 408 fois

C'est un jeune homme qui est accusé dans cette affaire de vol qualifié avec menaces.
Il était toujours à l'affût d'un taxi libre qu'il hélait pour y monter et choisir un endroit retranché afin de pouvoir agir en toute quiétude et avec liberté de mouvements.
Armé d'un couteau, il choisissait le moment propice pour sommer le chauffeur de s'arrêter et de lui remettre le contenu de la caisse.
Le taximan, avait pourtant pressenti l'agression quand l'accusé qui n'était pas cette fois-ci seul, mais accompagné de trois autres malfaiteurs qui menaçèrent le chauffeur à l'aide de son couteau avant de le délester d'une importante somme d'argent.

C'est la victime en personne qui se présenta au poste de police pour relater ses déboires.
Le pauvre chauffeur déclara que quatre personnes lui avaient demandé de les transporter à Ras Tabia, vers 19 heures du soir.
Il accepta volontiers.
Et après avoir fait un bon bout de chemin, et être arrivé presque à destination, un des accusés lui demanda de s'arrêter dans un endroit assez retranché.
Répondant à sa sollicitation, celui-ci fut surpris par son compère brandissant une arme blanche pour le menacer, au cas où il ne leur donnait pas la recette du jour.
Pris de panique, le chauffeur se laissa fouiller par le truand qui le paralysa avec du gaz lacrymogène, avant d'emporter le gain d'une journée de labeur.
C'était pour acheter des boissons alcoolisées.
Les agresseurs prirent ensuite la fuite.

La victime porta plainte en donnant leur signalement à la police, qui parvint à en arrêter un, alors que les autres sont encore en cavale.

Comparaissant hier devant le tribunal de première instance de Tunis en état d'arrestation sous le chef d'accusation de vol qualifié avec usage d'arme blanche et menaces, il nia les faits qui lui étaient reprochés et clama son innocence.
Il affirma qu'il se trouvait sur les lieux pour acheter des boissons alcoolisées et qu'il n'avait aucun lien avec les agresseurs, et ce malgré sa confrontation avec le chauffeur qui le reconnut formellement.
L'avocat demanda, à son tour, au tribunal de prendre en considération la version de son client, d'autant plus qu'il a toujours recusé l'accusation durant l'enquête policière.
En conséquence, il demanda son acquittement.
Le verdict sera rendu ultérieurement.
Lamia CHERIF





Juillet 2007
LMMJVSD
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
<< >>