La tante, le détenu et le couffin

2007-07-17 - Le Temps
Lu 641 fois

Tunis / Le Temps C'est une quinquagénaire accusée dans la présente affaire d'avoir introduit à son neveu détenu en prison, des produits stupéfiants qu'elle avait mélangés à la nourriture.
Le gardien de prison la soupçonnant, goûtant la salade qu'apporta la tante, avait doute qu'un produit stupéfiant y avait été ajouté.
Le laboratoire confirma après analyse du mets litigieux, que des cachets psychotropes y ont été ajoutés.
La dame était toute confuse.
Arrêtée et déférée au parquet elle fut inculpée d'écoulement de stupéfiants.
Mais avait-elle vraiment voulu impliquer son neveu incarcéré pour une autre affaire et s'impliquer elle-même.
Après avoir avoué les faits incriminés elle se rétracta devant le tribunal pour déclarer qu'elle était tout à fait étrangère à cette opération, et les aveux lui ont été extorqués contre sa volonté.
Son avocat la soutenant, plaida le défaut de preuve.
Le fait d'avoir amené à son neveu de la nourriture avérée contenant une matière stupéfiante, ne prouve en rien qu'elle eut elle-même procédé à y ajouter des psychotropes.
D'autant plus que ce n'était pas elle-même qui préparait les plats envoyés par son intermédiaire au détenu.
Il ajouta que les aveux de sa cliente ont été bel et bien extorqués contre la volonté de celle-ci.
Le tribunal après en avoir délibéré, suivit la thèse de la défense en prononçant l'acquittement de l'accusée.



Juillet 2007
LMMJVSD
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
<< >>