Mariage en prison

2007-08-09 - Le Temps
Lu 622 fois

Tunis Le Temps - Le jeune homme dans cette affaire est accusé se détournement de mineure.
Le père de celle-ci avait porté plainte, en déclarant que ce jeune homme avait abusé de la crédulité de sa fille dans le but d'abuser d'elle.
Toutefois le jeune inculpé déclara au tribunal qu'il s'était entiché de la jeune fille et qu'il était prêt à contracter mariage avec elle, à condition bien sûr, de requérir l'assentiment du père.
Celui-ci finit par accepter, pourvu que le jeune homme fasse preuve de sa bonne foi.
Ce qui fut fait.
La jeune fille de son côté déclara qu'elle consentait à avoir le jeune homme comme époux.
Celui-ci ayant fait l'objet d'un mandat de dépôt, attend impatiemment d'accomplir les formalités du mariages.
Pour ce faire il faut qu'un notaire soit commis afin de se déplacer en prison et faire signer le jeune homme au bas de l'acte de mariage.

Le tribunal renvoya l'affaire en vue d'accomplir ces formalités au bout duquel le jeune homme, pourra être libéré.
Encore faut-il qu'il n'agisse pas ultérieurement en vue de la dissolution de ce mariage, et ce pendant un délai de deux ans, autrement il retournera en prison.
L'épée de Damoclès restera pendante sur sa tête durant cette période.
Sauf si la demande de divorce émane de la jeune fille elle-même, ce qui n'engage pas sa responsabilité dans ce cas.
Mais pourquoi imaginer le pire ?



Aôut 2007
LMMJVSD
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
<< >>